Sebastien Batel, grimpeur entre ciel et mer

Sebastien Batel, escaladeur breveté et entrepreneur, est un des initiateurs du Psicobloc dans les calanques. Aujourd’hui, il nous parle du Deep Water Soloing : la grimpe libre au-dessus de l’eau.

Le Psicobloc, autrement appelé Deep Water Soloing, est une pratique un peu particulière de l’escalade. Elle s’effectue en été, sur des falaises au-dessus de la mer. Les grimpeurs troquent la corde et le harnais contre un maillot de bain et une paire de chaussons. Le principe : on grimpe, et au moindre déséquilibre, on tombe à l’eau. Sebastien Batel, associé des salles d’escalade Grimper et fondateur de l’agence de tourisme Active Road, est un escaladeur passionné. Ce qu’il recherche dans cette pratique : l’adrénaline, le côté fun, et une grande sensation de liberté.

Crédit Photo : Philippe Echaroux
Crédit Photo : Nicolas Cecconi

« On n’est pas des kamikazes ! »

Avec sa bande de grimpeurs, Sebastien attend l’été chaque année pour pouvoir commencer le Deep Water Soloing. Ils sont une dizaine d’amis à partir dans les calanques, à naviguer en kayak pour trouver des voies praticables. Car cette discipline requiert certaines conditions : un mur bien vertical voire en dévers, une sortie possible en haut, et un point d’eau très profond en dessous.

Ce sport n’est pas fait pour n’importe qui. Même pour des personnes comme Sébastien, qui grimpe depuis ses 14 ans, il faut y aller pas à pas. Il grimpe de plus en plus haut, son record s’établissant aujourd’hui à une voie de 30m de hauteur. Pour le pratiquer, il faut avoir de bonnes notions en escalade, en natation, mais aussi dans l’art de la chute.

Car bien sûr, le but n’est pas de tomber dans l’eau, mais de sortir par le haut. La mer fait office de matelas, d’unique sécurité dans ce sport extrême. Or, pas question de tomber n’importe comment : un petit déséquilibre, un bras sorti peut faire très mal avec la hauteur. « Mais faut pas croire, il y a toujours une belle chute ! » dit Sebastien en rigolant.

Crédit Photo : Philippe Echaroux
Crédit Photo : Nicolas Cecconi

Un sport extrême de plus en plus pratiqué

Si cette discipline était une pratique de niche, inventée dans les années 80, elle devient aujourd’hui plus généralisée et médiatisée. « Ce sport plaît beaucoup : il y a le côté extrême et on peut faire de belles images, la pratique de l’escalade devient plus attrayante et visuelle que celle qu’on voit tous les jours » dit Sebastien.

En septembre dernier, Grimper s’est associé avec plusieurs autres disciplines pour organiser Urban Elements Series sur l’esplanade du J4 et du Mucem. Entre autres, étaient proposées une compétition ainsi qu’une initiation au Psicobloc.

« Au début, on ne croisait jamais personne dans les calanques. Aujourd’hui ça arrive de plus en plus souvent ! » dit Sebastien. Mais ce sport s’adresse quand même à un public restreint. Alors même si votre balcon donne sur la mer, il est déconseillé de reproduire cela chez vous.

Marie-Alix Détrie

Plus d’informations :

http://www.salle-grimper.com/

http://active-road.com/

Photos : Nicolas Cecconi

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s